Internet: « on vivait bien sans »

[tweetmeme source=”jcfrog” only_single=false]

Comme pour toutes le innovations, les défenseurs de la “vraie vie” s’appuient toujours un peu sur ce constat prétendu inébranlable.

Chacun sa vie, certes, contemplatifs, sages 1.0, ermites, spirituels, tous vous avez mon affection et mon respect mais une fois de plus je veux témoigner comme le lambda parmi tant d’autre: je ne suis pas comme vous, je vivais moins bien avant.

Moi je suis de la race des inconsolables, aucun absolu n’a de sens à mes yeux, je ne vis que parmi les autres. Seul le regard des mes congénères à un relatif intérêt. Je me bâtis sur la fierté de ne jamais me compromettre pour être aimé, bien que ce soit mon seul bonheur. Etre touché ou toucher est mon seul plaisir, mais il serait irrémédiablement gâché si j’en venais à “m’abaisser à mes propres yeux” dans cet objectif. Incapacité viscérale à l’auto-trahison.

Je suis né en 1968. Je me suis beaucoup ennuyé dans la vie. Les pertes d’espérance ont été douloureuses, papa Noël d’abord, Jésus ensuite. Ca fait beaucoup. Alors j’ai eu besoin que ça bouge, mais rien à faire, c’était insupportable: le monde n’avançait qu’à son rythme.

Et puis le miracle.

La technologie m’offre l’ordinateur. Je peux faire des tas de choses, tellement plus vite. Musique, dessin, écriture, outillage, automatisation, tout est possible. Dans la limite de mes limites.
Puis l’inimaginable: l’interconnexion. Je découvre Internet ébahi, émerveillement qui n’aura de cesse, impossible pour moi d’oublier quotidiennement la splendeur de cette révolution. Ce n’est pas faute de pratiquer, de pousser la bête, mais impossible de me blaser, je sais trop ce que cela m’apporte, concrètement.

Cet enthousiasme volontaire ne m’emportera pas dans la contradiction: il n’est pas question de dire que le réseau des réseaux m’apporte un quelconque absolu, je te rassure, ma désespérance reste intacte, mais la vie est tellement plus intéressante: on a le choix, enfin.

Le monde est plein de richesses intellectuelles, de sublimes déconneurs, de bontés inattendues, si cette matière humaine n’est pas nouvelle, l’interconnexion la rend accessible à tous, lui donne la possibilité de se proposer, l’horizontalité du réseau offre toutes les chances. C’est pour le coup extraordinaire.

Depuis deux ans j’ai l’outrecuidance de ramener ma tronche sur la toile, de donner mon avis à droite et (surtout) à gauche, je me permets ce que certains même parmi mes proches considèrent comme une arrogance, mais que Steve me pardonne, c’est une pulsion irrépressible. Moi je pense qu’il s’agit au contraire de simplicité plutôt que de prétention, mais ce serait un peu long.

Cette impudence m’a en tout cas permis de rentrer en contact et parfois de rencontrer les gens qui m’intéressent, et ça c’est vraiment le pied. Je n’en ai pas le moins du monde perdu le contact avec mes bons vieux potes 1.0, mais j’ai pu relancer un peu d’excitation amicale, me sortir de cet isolement confortable qui veut t’entraîner vers une midlife kriisiis. Ceux que je lisais, qui m’émouvaient, qui me faisaient rire, pour certains sont devenus des camarades IRL, voir un peu plus peut-être pour une poignée d’entre eux.

Bien sûr rencontrer des individus que tu like ça a toujours été possible mais jamais l’opportunité ne fut aussi simple, le choix aussi large. Il est là le miracle. L’accessibilité. L’accélération.

Bonté divine, mais comment vivait-on avant?

D’ailleurs vivais-je avant?🙂

(c) photo

  1. #1 par Kriisiis le novembre 22, 2010 - 11:00

    C’est quoi une « middle life kriisiis » ?

    • #2 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 11:06

      un truc horrible, c’est quand arrivé au milieu de ta vie tu n’as plus envie de rien, la déprime, même plus envie de tweeter, rien😉

      • #3 par Kriisiis le novembre 22, 2010 - 11:08

        Flatteur…

        • #4 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 11:34

          rassure toi, il n’y avait aucun rapport, je ne sais juste plus écrire « crisis » comme il faut😉

          • #5 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 11:37

            tiens pour le coup j’ai corrigé et ajouté un lien, le bon terme semble plutôt être « Midlife Kriisiis »

            • #6 par Kriisiis le novembre 22, 2010 - 11:38

              Oh, je vois, merci pour la précision !

      • #7 par Papasse le novembre 22, 2010 - 11:44

        C’est aussi/surtout un bon morceau de Faith No More🙂
        Tu devrais aimer ce genre-là, JCFrog, non ?
        http://itunes.apple.com/fr/album/angel-dust-bonus-track-version/id184672979

        • #8 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 12:57

          yes, et spécialement cet album d’ailleurs🙂

      • #9 par dd le novembre 22, 2010 - 4:17

        C’est aussi la crise ou tu largues femme et enfants pour partir avec une jeune de 25 ans non?
        La déprime😉

        • #10 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 8:09

          oui mais ça c’est les gros bourgeois immoraux. Moi je suis un gros bourgeois moraliste.
          Et heureux en amour🙂

  2. #11 par bigbahlsen le novembre 22, 2010 - 11:34

    Ainsi c’est cette errance dans le 1.0 qui a donné naissance à cet amour du 2.0…Je me posais la question. Ceci dit, « aucun absolu n’a de sens à mes yeux », mince, je n’ose comprendre. Pourrais-tu développer ?

    • #12 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 11:38

      ben à priori pour moi y’a pas de père Noël ni de Jésus, et c’est contrariant pour l’avenir😉

  3. #13 par Jeff le novembre 22, 2010 - 11:47

    Ca n’a « presque » rien a voir mais la photo que tu as trouvée est splendide. Belle trouvaille partagée en 2.0. J’aime bcp celle ci aussi, http://catchme-22.deviantart.com/gallery/?offset=48#/d1r41ly façon guitare lumineuse (enfin moi j’y vois un un manche de guitare)

  4. #15 par bigbahlsen le novembre 22, 2010 - 12:03

    Je partage et assume cette non-croyance, mais je garde quand même espoir car je pense que ces deux « absolus » sont voués à régresser…Enfin avec une femme croyante à la maison, je conçois que la chose soit sans doute plus délicate à aborder…

    • #16 par jcfrog le novembre 22, 2010 - 12:56

      ce n’est pas ce que je voulais dire. Que les autres aient des absolus, tant mieux. Je dis juste que j’aimerai bien en avoir, mais on peut pas se forcer pour ça. On croit où on ne croit pas.

  5. #17 par Korben le novembre 23, 2010 - 9:08

    Ayé, tu nous fait ta cyber-crise-de-la-quarantaine ? OMG !!!
    En ce qui me concerne, je me souviens comme je vivais avant et honnêtement, c’était d’un ennui mortel ! Et maintenant, bah ma life, elle pulse grave et l’ennui, je ne sais même plus ce que c’est ! Cooool

    • #18 par jcfrog le novembre 23, 2010 - 10:37

      genre le gars qui veut nous faire croire que y’a Internet à Clermont Ferrand🙂

      • #19 par Carreau le novembre 25, 2010 - 10:02

        On croit ou on ne croit pas.

  6. #20 par Otyugh le décembre 5, 2010 - 1:33

    Je suis né en 1992, et pendant mon ère de collège je me faisais tellement chier que sans le net « social », je serais sans doute devenu un bon vieux gros dépressif.
    Donc +1 sur presque tout, comme toi.

    Après, j’ai l’impression que internet a un peut trop annihilé « l’ennui », j’ignore un peu ce que c’est, et… Ça aide pas. Si j’ai du temps, je peu le consacrer à internet. Inlassablement il y aura des choses à faire là-bas. Que ce soit discuter sur des forums ou regarder des films ou « lire des blogeurs passionnants » ou … !

    Alors voilà, je ne suis pas encore dans la vie active, et je suis en étude d’informatique… C’est ce qui me botte, et je ne me connais pas d’autre passion (sauf la science et la fiction, mais c’est un classique). Le truc c’est que dès que je veux m’y consacrer, hé bien je vais sur internet pour faire autre chose.
    Je remarque aujourd’hui que toutes mes passions, je ne m’y consacre presque plus ; mais bibliothèque de SF prend poussière ainsi que mes ambitions à me lancer dans d’autres domaines.

    Dès que ce n’est plus « utile aux autres » et surtout « non partagé directement », je piétine sec (Enfin bon, je viens de m’en apercevoir en l’écrivant, donc peut-être tout n’est-il pas perdu).
    Internet, quand on connaît, c’est une ouverture sur tant de choses, tant des gens… Que finalement, moi, j’en perd un peu le goût de « moi-même, IRL », et je ne fais rien de bien « constructif » par moi même en réel car je ne prend juste pas le temps d’y réfléchir. C’est un peu le danger, et je comprend très bien ceux qui critiquent les « gros geeks/nolife » comme moi (et je n’en suis pas pourtant des pires, vu que je ne suis pas utilisateur de facebook, que je connais le web grossièrement les enjeux d’un web libre et neutre, et que je suis engagé dans quelques causes comme la « quadrature du net » et fan de papa GNU).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :