Etats généraux des expressions françaises à la con: Épisode I

etatsgeneraux


« Il n’y a pas de sot métier »

Je pense que cette expression a été inventée avant la fiche de poste de rédac’ chef chez Closer ou autre Detective.
Certes l’idée de départ était peut-être plus noble et tendait à signifier que tout métier est respectable tant qu’il s’agit de pouvoir financer l’achat de PlayStation à ses enfants, mais si on pousse le raisonnement jusqu’au bout, on justifie tout. Exemple: « oui je me prostitue mais c’est pour nourrir mes enfants » (Mr A, publiciste). Ou encore, « oui je suis ingénieur dans le design d’armes à l’uranium appauvri et j’ai des primes sur les performances tueuses et polluantes de mes découvertes, mais j’ai une desperate housewife à combler de conneries très chères. » (Mr B, ingénieur)
Donc ne nous leurrons pas: de sots métiers il y a.

Verdict populaire: poubelle.


« Quand on veut on peut »

Bon ok, motiver les foules, c’est bien. Je ne suis pas le dernier à user du positivisme acharné. Mais les prendre pour des cons c’est à coup sûr aller trop loin. Enfin quoi, la vie est quand même assez compliquée pour que ce ne soit pas si simple. Par exemple regarde Ségolène, ne me dit pas qu’elle ne voulait pas, on ne peut pas lui reprocher d’avoir tout fait, elle a vachement voulu mais elle a pas pu, et puis c’est tout.
Je pense également à mon beau cousin Filbert que veut épouser Sophie Marceau depuis sa puberté ratée, à Hadopi qui veut tumeuriser le global brain, ou encore à mon bide qui veut perdre 10 kilos en mangeant des tartflettes au snickers: ils veulent mais ils ne peuvent pas.
Voilà déjà 4 contre exemples exemplaires qui suffisent à la démonstration, je crois qu’on peut s’arrêter là.

Verdict populaire: poubelle.


« Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. »

Rarement confronté à ce genre de situation (je réside dans les quartiers Nord de Longjumeau et les ours franchissent rarement l’Yvette), je ne peux que m’incliner et accepter mes limites. Toutefois et bien que noob en la matière, je pense qu’il peut effectivement s’avérer délicat de subtiliser la peau d’un ours vivant, quel qu’en soit l’objectif, aussi mercantile soit-il. J’imagine qu’un jeune trader de la city saurait peut-être faire ça, je ne sais pas.

Verdict populaire: acquitté au bénéfice du doute.

La séance est levée, cybériens, faites évacuer la salle.

,

  1. #1 par Séb le juillet 31, 2009 - 1:43

    La « vraie version » de cette histoire d’ours étant :
    Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours / Qu’on ne l’ait mis par terre
    Jean de La Fontaine – L’ours et les deux compagnons

    Allé je file …. zouuuu

    • #2 par jcfrog le juillet 31, 2009 - 1:47

      ah merci, toujours preneur de références historiques de qualité🙂

  2. #3 par Ion Fortunata le juillet 31, 2009 - 2:01

    Moi, je ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, je vend l’appeau de l’ours avant de l’avoir tué, mais bon je ne chasse pas… L’ours n’a rien a craindre !

  3. #4 par Café Froid le juillet 31, 2009 - 2:07

    Est-ce que si je perds cet épisode, j’en retrouverai dix ?!?

    (Une expression française nase se cache dans ce commentaire…)

  4. #5 par alextalkyoo le juillet 31, 2009 - 2:53

    j’aime pas du tout l’expression « L’idée c’est… » pour parler d’un site 2.0

  5. #6 par harakiri le juillet 31, 2009 - 5:11

    Tient, en parlant d’expression il y en a une que j’ai toujours compris de travers, heureusement que je l’ai rarement appliquée :

    « Bien mal acquis ne profiter jamais  » que je comprenais toujours telle que : « Bien mal à qui ne profite jamais ». Du coup je me disais que je devrais profiter des occasions de gruger les autres, mais mon bon coeur et ma bonne éducation m’en ont empêchés (enfin pas tout le temps).

    Comme quoi, les expressions …

  6. #7 par clhomme le juillet 31, 2009 - 6:02

    Pour ma part, ma préférée reste :
    « Il n’y a pas de problèmes, que des solutions »
    et sa petite soeur :
    « Si tu n’es pas la solution, alors tu es le problème »😉

  7. #8 par lôtre le août 3, 2009 - 1:15

    Voui mais tout ça peut s’arranger avec un peu de bonne volonté et quelques astuces :

    Il n’a pas de métier, le seau ! Un seau ça ne vit pas , c’es inerte, ça ne travaille pas

    Quand on veut, on veut ! et quand on peut, ben… on peut !

    Il ne faut pas vendre la peau de l’ours, ….ce n’est pas bien, et surtout, n’oubliez pas d’éteindre les appareils en veille avant d’aller vous coucher.

    Voilà c’est arrangé, maintenant ces expressions semblent tout à fait logiques et ne peuvent plus prêter à confusion

    bon allez, au revoir, et comme on dit par chez nous :
    Tant va la cruche à l’eau.à l’eau ?!?……, à l’.eau ?!? ?!? Elle a racroché ?!?

    • #9 par Arno le août 4, 2009 - 12:30

      mais aussi :
      Tant va la cruche à l’eau qu’elle s’envole ?!?

  1. Ce que j’ai lu dernièrement – 04-08-2009 « Nicolas Loeuillet
  2. Instant T, focus n°12 | Maxime-Viry.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :