Les yachts équitables

yacht

C’était hier la journée Mondiale du commerce équitable.

En ces temps maudits du coulage de bielle économique, nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour dénoncer l’incurie de nos camarades nantis. Hors je te le dis compagnon de misère, les temps changent, enfin.

Ernest Antoine Galupin

Ernest Antoine Galupin, "un capitaine d'Industrie certes, mais un homme avant tout".

Certains mauvais esprits y verront de l’opportunisme, je décide d’honorer de ma confiance cette initiative sans précédent, à savoir une prise de conscience inattendue d’un acteur de l’industrie du luxe: l’annonce a été faite hier du lancement d’une toute nouvelle gamme de yachts équitables.

C’est la société française BBB (Bling Bling Boats) qui est à l’origine de ce qui n’est encore certes qu’un cas isolé mais prometteur d’une révolution culturelle naissante dans le milieu de l’argent massif.

« J’ai voulu par ce geste affirmer combien nous, les possédants, sommes en phase avec notre époque et comprenons le besoin de transparence globale »

Et c’est vrai, qui aurait encore pu dire il y a quelques mois qu’un capitaine d’industrie tel que EAG (Ernest Antoine Galupin) aurait pu remplir les conditions du commerce équitable:

1- la quasi intégralité des bénéfices revient à EAG. « Pas d’intermédiaire, pas de perte en ligne. Les coûts de production ont été réduits au maximum en achetant des produits déclassés ou en provenance de dictatures corrompues avec lesquelles des contacts établis tout au long mon parcours professionnel me permettent aujourd’hui d’obtenir des prix défiant toute concurrence. De plus je m’attache à n’employer que des immigrés en situation « délicate », ce qui me permet d’avoir des charges salariales quasi nulles. »

2- des prix qui permettent à EAG de mener une vie décente. « Certes je suis un peu plus cher que mes concurrents, mais la vente de mes bateaux ne me permettait plus d’entretenir la totalité de mon patrimoine immobilier familial à travers le monde. Songez que je suis passé à 2 doigts de devoir couper l’arrosage permanent certains de mes golfs sub-sahariens (j’ai quelques 18 trous autour d’hôtels très en vogue). Avec les subventions gouvernementales obtenues grâce à ce label Commerce Équitable, cette augmentation de 30% de mes revenus ont pu enfin passer mon niveau de vie d’indécent à obscène. »

EAG peut enfin vivre correctement avec le seul fruit de son travail. Un exemple, un espoir pour tous.

Disclaimer: cet article est rédigé sous licence (CB) Complete Bullshit

  1. #1 par clhomme le mai 10, 2009 - 6:44

    Juste une minuscule remarque : le « AEG » du 2 – est à mon avis un lapsus😉

  2. #3 par raydacteur le mai 11, 2009 - 7:06

    Et d’autre part, merci de ne pas utiliser les initiales EAG (En Avant Guingamp) désormais universellement célèbres.
    Signé : un breton prêt à tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :