Auto-entrepreneur: quelques retours d’information

Soirée de promotion du statut d’auto-entrepreneur hier soir à Longjumeau, organisé par @nk_m et son équipe, avec la présence notamment d’Hervé Novelli, père de l’auto-entreprise, Grégoire Leclercq, président de la fédération des auto-entrepreneurs, et Aziz Senni, le très médiatique "entrepreneur des banlieues".

En quelques mots ce que j’en ai retenu:

1- pour ceux qui ne connaissent pas, l’auto-entreprise est un régime simplifié qui permet si on est étudiant, salarié, chomeur, retraité,… de pouvoir vendre des services ou de faire commerce. Seule contrainte, le Chiffre d’Affaire (CA) annuel ne doit pas dépasser 32600€ pour les services, 81500€ pour les activités dites d’achat/revente. Le slogan est “pas de chiffre d’affaire, pas de charge”, des charges claires proportionnelles au CA, plus de détails sur le site officiel: http://www.lautoentrepreneur.fr/

2- Gare aux arnaques: l’inscription pouvant se faire en ligne, pas mal de sites se font passer pour des organismes officiels et demandent des cotisations pour des inscriptions à je ne sais quel registre ou autre. Nos hôtes l’affirment: il n’y a rien à payer (au début! Je te souhaite de payer beaucoup après ;) ). Donc ne se connecter qu’au seul et unique site officiel ci-dessus. Des témoignages dans la salle confirment ces arnaques.

3- il semble que ce soit un succès, autant sur le nombre de créations (358 588 créations en 2010 [Insee], + de 3 Milliards d’euros de CA) que sur l’image de l’auto-entrepreneur dans la société. Le reproche de la précarisation du travail serait finalement assez minoritaire dans l’opinion publique.

4- remarque importante: attention à l’assurance, surtout pour les activités de commerce comme le bâtiment, apparemment il existe des solutions clé en main qui gèrent maintenant ce statut.

5- pour ce qui est de l’expérience pratique, il existe donc une Fédération des Auto-entrepreneurs dont le Président nous affirme qu’ils sont très disponibles pour répondre à toutes tes questions. L’administration est parfois elle même moins up to date sur certains détails techniques que ceux qui pratiquent …

6- la salle est remplie d’une très grande diversité en terme d’âge et de classes socio-professionnelles.

7- en gros 2 utilisations principales de ce régime:

  • mener une activité en marge de son emploi principal pour beurrer les épinards.
  • tester une activité pour ensuite en cas de succès basculer vers l’entreprenariat classique (7% des cas)

Voilà, c’était juste quelques infos pratiques, et pour résumer l’essentiel, 2 URL à bookmarquer si intéressé:

http://www.lautoentrepreneur.fr/

http://www.federation-auto-entrepreneur.fr/

About these ads

  1. #1 par Hara Kiri le juin 7, 2011 - 12:31  

    Pour informations :
    Les plafonds, cette année, sont de 32600 et 81500 (et non 31600)

    Pour les arnaques, confirmation avec l’article que j’ai fait dessus :
    http://sepuku.canalblog.com/archives/2010/10/20/19378940.html

    Voilà, si mon expérience peut aider.

    • #2 par jcfrog le juin 7, 2011 - 12:38  

      oups, merci, corrigé.
      Pour les arnaques, oui c’est simplement insupportable :/

      • #3 par Jensuiscertain le juin 7, 2011 - 12:54  

        Pour les arnaques il faut faire attention après à tous les courriers papiers que vous allez recevoir et qui vous réclameront également de l’argent pour des inscriptions dans divers annuaires.

  2. #4 par philippe le juin 7, 2011 - 12:48  

    J’ai eu également le droit à différents courriers exemple http://www.philippe-donnart.com/blogs/internet/arnaque-pages-jaunes-712-auto-entrepreneur-279

    Mais ce qui m’a le plus agacé dans ce statut c’est la case déclaration d’impôts. J’ai reçu un courrier me précisant que je devais déclarer mes revenus sur le formulaire 2042C, mais ohhhhhhhh surprise à revenus quasiment égaux (comparaison avec la déclaration précédente) je me prends pratiquement un 900 euros de plus d’impôts.

  3. #5 par dominique le juin 7, 2011 - 5:35  

    J’ai entendu dire qu’ils voudraient changer les statuts de l’auto entrepreneur notamment pour payer les charges urssaf, caisse de retraite et ou caisse de maladie. J’espère que ce ne sont que des rumeurs car j’en connais quelques uns qui se sont mis en auto.

  4. #6 par Sass le juin 7, 2011 - 9:51  

    Il y a aussi des courriers de sociétés de registres qui proposent d’enregistrer l’activité contre 2 ou 300€, en faisant croire que c’est quelque chose d’officiel, mais en écrivant dans le dos que ce n’est pas obligé.
    Ce qui m’énèrve c’est qu’apparemment le gouvernement laisse les listes et coordonnées des auto-entrepreneurs à un peu n’importe qui…

    • #7 par Jérémie (Max) le juin 8, 2011 - 9:28  

      Les coordonnées de toutes les sociétés (le statut d’auto-entrepreneur n’est qu’une formalité administrative qui "masque" le fait qu’on est une EI – Entreprise Individuelle sous le régime micro-social simplifié et TVA simplifié) sont disponibles (http://www.societe.com). Donc à partir du moment où tu crées une société, les coordonnées de celle-ci sont disponibles sur internet (et donc avec n’importe quel script de pompage, il est facile d’automatiser des envois).
      Au mieux, tu peux te plaindre à la CNIL (mais IMHO, vu le poids et le pouvoir qu’elle a et que le gouvernement lui laisse, ça ne bougera pas grand-chose) si les "sociétés" qui te sollicitent ne respectent pas la loi Informatique et Libertés et/ou si elles n’ont pas déclaré leur traitement et leur base à la CNIL.

  5. #8 par Des précisions le juin 8, 2011 - 8:42  

    Un thème important, que je connais pour être indépendant depuis 15 ans (mais statut classique) et avoir croisé plusieurs autoentrepreneurs.
    Quelques compléments donc :
    • Les charges urssaf, retraite et maladie évoquées par #5 sont déjà incluses dans la déduction forfaitaire appliquée aux recettes de l’autoentrepreneur. En revanche, pas de cotisations chômage, par construction, dont pas de parachute.
    • Ce statut est très bien conçu pour éviter les décalages entre encaissements de recettes et paiements de charges sociales
    • Notez quand même que beaucoup de jeunes sont engagés par des entreprises (ex : cabinets d’architectes) sous ce statut, ce qui signifie "plus aucune règle de droit du travail" (horaires, repos, congés, rupture à tout moment sans préavis ni indemnité…) Attention donc aux conséquences. Conseil : rédiger un contrat de prestation de services avec l’employeur-client qui remplacera le contrat de travail et prévoira des congés et des horaires, des règles de rupture, etc.
    • Il est risqué d’être un autoentrepreneur mono-client, car totalement dépendant sans aucune sécurité (en être conscient)
    • Enfin, un effet secondaire à ne pas négliger : des retraités, des salariés, des étudiants peuvent proposer avec ce statut des prestations à des tarifs moindres que les autres indépendants (qui ne vivent que de ça), et entraîner une concurrence qui, sans être déloyale à proprement parler, est parfois peu fair-play.

  6. #9 par Auto Entrepreneur le juin 8, 2011 - 5:55  

    Petit coup de pub pour mon blog dédié aux autoentrepreneurs si tu me le permet :
    http://autoentrepreneurinfo.com

    D’ailleurs à propos des arnaques, on peut se faire rembourser :
    http://autoentrepreneurinfo.com/tag/arnaque-auto-entrepreneur

  7. #10 par fpbf le juin 9, 2011 - 5:17  

    En sujet connex : « Cessons de créer des entreprises ! »

    "
    par Stéphane Veyer, entrepreneur-associé et directeur général de Coopaname.

    Promouvoir la création d’entreprises fait consensus. Inciter des individus, notamment s’ils sont privés d’emploi, à vouloir « se mettre à leur compte » est non seulement une posture constante de la part des politiques publiques depuis quinze ans, mais aussi une « évidence » unanimement reconnue, dont personne ne met en doute la pertinence économique.
    "

    http://www.coopaname.coop/UPLOAD/article/pages/100_article.php

    (non, je n’ai aucune part dans cette affaire)

  8. #12 par Kostro le juin 9, 2011 - 6:01  

    et toi, fus-tu auto-entrepreneur … ?
    quel est ton retour d’expérience ?

  9. #13 par ObïOxOïdO le juin 9, 2011 - 11:19  

    Le statut de l’auto-entrepreneur s’inscrit variment dans une logique libérale implacable. La France est mise en concurrence avce des pays à bas coût de salaires, quoi deplus normal de mettre en concurrence des auto-entrepreneurs avec des artisans et des commerçants etpuis enfin de mettre en concurrence les RSA avec des salariés sur des emplois non qualifiés. Il y a suite dans les idées… Faut suivre… A marche forcée… C’est obligatoire… Sauf si… mais ça c’est moins sûr….alors bon… faut voir… Ah! oui Nathalie et Pierre nés Morizet, c’est quand même des YOUNG LEADERS, c’est pas n’importe quoi, cela doit être sérieux le rêve amaéricain dans cette famille, ils sont certainement très motivés.

  10. #14 par Alpic le juin 15, 2011 - 9:27  

    Concernant les charges associées au statut d’auto-entrepreneur, j’ai entendu dire qu’il y avait un forfait de charges minimum correspondant à ce qui a succédé à la taxe pro. Mythe ou réalité ?

    Faut-il être sûr de dégager un CA minimum pour créer sa petite structure ?
    (Dans mon cas, ce serait l’occasion de prester très ponctuellement sur des sujets en dehors du périmètre de mon employeur mais dans mon champ de compétences perso)

    • #15 par jcfrog le juin 15, 2011 - 9:41  

      non, en théorie il est bien stipulé qu’on peut ne faire aucun chiffre, et que normalement il n’y aura aucun cotisation: 0 CA, 0 charge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 111 autres abonnés

%d bloggers like this: